L’épilepsie et le permis

Récemment j’ai eu quelques discussions sur les réseaux sur la validité du permis de conduire chez un patient épileptique. Tout n’avait pas l’air très clair pour tout le monde, alors je me permets un petit post 🙂

2CV colour

L’épilepsie fait partie des affections pour lesquelles l’obtention ou le renouvellement du permis nécessite un avis de la commission ou d’un médecin agréé…  Même si l’épilepsie n’est pas productive depuis plusieurs mois/années, la personne épileptique doit faire valider son permis.

« Tant pour le groupe léger que pour le groupe lourd, le permis de conduire ne doit être ni délivré ni renouvelé au candidat ou conducteur atteint d’une affection (…) susceptible de constituer ou d’entraîner une incapacité fonctionnelle de nature à compromettre la sécurité routière lors de la conduite d’un véhicule à moteur. La décision de délivrance ou de renouvellement du permis par l’autorité préfectorale est prise suite à l’avis de la commission médicale départementale ou d’un médecin agréé. »

D’ailleurs, comme moi, j’imagine que vous  ne pensez jamais à parler du permis à vos patients en FA, diabétiques, etc.et pourtant il faudrait.

Comment aborder le sujet?

La question du permis est toujours un moment délicat dans la consultation. Il s’agit souvent de patients jeunes, qui travaillent, et qui vont au boulot… en voiture. Et sans compter qu’une proportion incroyable de patients épileptiques (pourquoi?) est chauffeur poids lourds, ou conducteur d’engins etc.

« Je vais quand même pas perdre mon boulot » « C’est pas possible pour moi de pas conduire »

Et pourtant, c’est la loi, et l’interdiction est faite pour protéger le patient, et bien sûr les autres usagers. Statistiquement la récidive après une première crise est maximale dans la première année et surtout dans les 6 premiers mois, d’où l’interdiction de conduire pendant 6 mois.

En gros, c’est le coup de massue, et la plupart du temps les patients n’avaient pas du tout pensé à ça. Surtout que le délai est souvent beaucoup plus long que ce qu’ils avaient imaginé (1 an sans crise pour une épilepsie déclarée!). Insister sur le fait que cette inaptitude est le plus souvent temporaire et qu’ils pourront probablement reconduire lorsque l’épilepsie sera équilibrée permet parfois d’aider un peu à faire passer la pilule.

Le paradoxe, c’est que la plupart du temps le patient est tout à fait apte à travailler, mais il ne peut pas se rendre sur son lieu de travail. Malheureusement il n’y a pas de solution miracle… la sécu ne va pas affréter un taxi spécial pour l’amener sur son lieu de travail matin et soir. Il m’arrive de faire un AT pour quelque temps afin que le patient puisse trouver une solution, rencontrer le médecin du travail, mais difficile de faire plus, ce sera à lui de trouver un covoiturage, un autre moyen de transport, ou encore de faire du télétravail… Et malheureusement parfois il faudra changer de job.

Comment orienter le patient?

Il faut qu’il appelle la commission médicale du permis à la préfecture de son lieu de domicile. Une liste de médecins agréés lui sera donnée, et il pourra prendre RDV. La consultation n’étant pas remboursée, je conseille plutôt d’y aller au terme de la période d’arrêt pour que le permis soit certain d’être validé. Il y a un petit résumé des durées d’interdiction de conduite légales dans le dernier paragraphe.

Il peut arriver qu’un avis auprès d’un neurologue ou que des tests en école de conduite soient requis.

Et si le patient refuse?

Malheureusement il arrive que le patient refuse de se rendre à la commission pour déclarer sa pathologie, voire qu’il continue tranquillement à conduire son camion, dans les pires cas avec une épilepsie productive. Et bien sûr c’est du secret professionnel, nous n’avons pas le droit d’alerter la préfecture ou même le médecin du travail… Avec des cas particulièrement difficiles, certains collègues ont alerté l’Ordre.

Pensez à bien noter à chaque consultation que vous en avez parlé et reparlé et re-re-parlé au patient pour ne pas être accusé en cas de litige.

Quels sont les textes?

Ils sont ici (avec tous les textes pour les autres pathologies entraînant une inaptitude au permis)

Un résumé rapide:

  • En cas de première crise provoquée (sevrage OH ou BZD, prise de traitement etc.) l’avis du neurologue suffit
  • En cas de première crise non provoquée ou d’épilepsie maladie Ce que vous pouvez dire au patient:
    • GROUPE LEGER
      • Première crise: reprise autorisée de la conduite après 6 mois sans crise, parfois avant selon l’avis d’expert
      • Epilepsie déclarée (plusieurs crises ou une crise avec fort risque de récidive, par exemple sur séquelle d’AVC): reprise autorisée après 1 an sans crise
      • Epilepsie avec crises nocturnes: si crises uniquement nocturnes pendant 1 an, reprise autorisée de la conduite
      • Epilepsie avec crise sans altération de la conscience:conduite peut être autorisée, délai variable
    • GROUPE LOURD et GROUPE LEGER mais avec transport de personnes (taxi, ambulance etc)C’est là que ça se complique, pour une première crise c’est 5 ans sans crise ET sans traitement, et pour une épilepsie déclarée c’est 10 ans sans crise ET sans traitement pour espérer reconduire, autant dire jamais….
  • En cas de crise suite au sevrage du traitement anti-épileptique ou suite à un oubli de traitement
    • 3 mois d’arrêt de conduite, après reprise du traitement antérieur efficace bien sûr…
  • Après sevrage du traitement anti-épileptique, sans crise
    • 6 mois d’arrêt après sevrage complet

 

Voilà, j’espère que ce n’est pas trop confus et que ça aide un peu, n’hésitez pas si questions ou remarques!

Un nouveau blog…

cropped-cropped-page-6.jpg

mais pourquoi faire, Neurone? Déjà que t’arrives pas à mettre à jour l’autre, le vrai, l’irremplaçable blog dessiné du docteur Neurone (http://docteurneurone.blogspot.fr/)!!!

Ben justement, parfois j’ai plein de trucs à dire, et pas le temps de dessiner, alors je vais parler. Pas que de neurologie, parce que pour ça il y a déjà l’excellent blog de @qffwffq. Un peu sûrement, parce que quand même la neurologie c’est mon fonds de commerce… Pas de cuisine non plus, parce que je suis nulle et qu’il y a déjà @docarnica. Bref, mon dada étant la lecture on parlera un peu de livres, forcément. Et si quelqu’un me lit dans ce vaste champ qu’est internet, qu’il me fasse des retours sur ses propres lectures, j’adore échanger sur le sujet.

Et puis zut, assez parlé, on se lance?